•  

    Shiva

    Au deuxième jour d’un stage de tantra, les animateurs tantra proposent de séparer le groupe en deux pour la journée, les hommes d’un côté, les femmes de l’autre. C’est une journée de partage.

    Dans le cercle des hommes, l’enseignant demande à ceux qui sont mariés de partager les clés du succès de leur mariage. Shiva, un tantrika de Marseille répond fièrement qu’il est marié depuis presque 20 ans.
    Le 'tantra-teacher' est impressionné et il demande à Shiva de partager avec les autres hommes comment il fait pour rester tout ce temps avec la même partenaire tantrique ?

    Shiva répondit devant les hommes à l’écoute : « Je me suis occupé d’elle, je l’ai laissé gérer la maison dans un esprit new-age, nous avons pratiqué la méditation et je lui payé des voyages spirituels. Pour nos 10 ans de mariage, je l’ai même amené au japon dans un monastère zen.

    L’enseignant tantra répondit : « Shiva, tu es vraiment une inspiration pour tous les hommes shivas présents ici ! Maintenant, dis nous ce que tu prévois de faire pour vos 20 ans de mariage ?
    Shiva répondit fièrement : « Je retourne au Japon pour aller la chercher. »

     

     

     La preuve...      (s'il vous gêne,vous pouvez coupez le son en bas du lecteur)

     

     


    8 commentaires
  • Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

    - Avec Bobby McFerrin, voix et divers bruitages (voir ici

     Deux artistes que j'aime beaucoup, c'est cool, c'est drôle, c'est beau...

    Une video pas très récente mais j'adore!

    - Voir aussi ce superbe concert de Richard Bona ►   (Pologne 2007)

     

     

    Bona Pinder Yayumayalolo, plus connu sous le nom de Richard Bona, est un chanteur et bassiste camerounais né en 1967 à Minta dans le département de Haute-Sanaga. Il commencera sa carrière en tant qu'instrumentiste, à Paris, puis à New York. Il se produit et enregistre en solo depuis 1999. 

    - D'une famille de musiciens, il s'initie au balafon dès l'âge de 4 ans. A 5ans il se produit dans l'église de son village (Sainte-Croix de Minta). Son talent est vite remarqué et il anime fêtes et cérémonies.  D'un milieu pauvre, il utilise des câbles de frein volés dans un magasin de cycles pour se fabriquer une guitare. Sa famille s'installe à Douala. Bona sèche régulièrement les cours pour s'entraîner. Le soir, il fait le bœuf dans les clubs de la ville et joue notamment avec Messi Martin. En 1980, il monte son premier orchestre pour un club de jazz de Douala tenu par un Français. Le propriétaire lui fait découvrir le jazz et notamment Jaco Pastorius. Il décide alors de jouer de la basse.

    Il émigre en Allemagne à 22 ans, puis arrive en France, pour suivre des études de musique. Il joue régulièrement dans des clubs de jazz et se produit aux côtés de Jacques Higelin, Didier Lockwood, Manu Dibango, Salif Keita, Francis Lassus, etc...

     En 1995, son titre de séjour est refusé et il doit quitter le territoire français. Il repart au Cameroun. Mais Harry Belafonte qu'il a rencontré à Paris va le chercher pour le faire jouer dans son orchestre. Puis il s’établit à New York, là encore, il écume les boîtes de jazz, et travaille avec des artistes comme Larry Coryell, Michael et Randy Brecker, Pat Metheny, et beaucoup d'autres. 

    En 2004, il est récompensé aux Victoires du jazz, et participe en 2005 au festival international de jazz de Montréal aux côtés de Bobby McFerrin lors d'une prestation live improvisée. La même année, sort son 4e album solo : "Tiki", enregistré au Brésil, avec la participation du chanteur Djavan et de Susheela Raman, l'album est nommé aux Grammy Awards . 

    En 2012, Richard Bona reçoit le Grand prix jazz de la Sacem.

     

     


    8 commentaires