•  

    Pour commencer la semaine de bonne humeur...

    (Survolez l'image)

     



    La pièce avalée
    ~~~~~~

    Au restaurant : Par mégarde, un vieil homme met une pièce de monnaie dans sa bouche et l’avale.
    La pièce reste coincée dans sa gorge.
    Son épouse se lève et essaye de lui faire cracher la pièce en lui tapant dans le dos, mais rien n’y fait.
    Le vieil homme commence déjà à donner des signes d’asphyxie et l’épouse, désespérée, crie pour demander de l’aide.
    Un monsieur se lève d’une table voisine et avec un calme étonnant, sans dire un mot, baisse le pantalon du vieil homme,
    saisit fermement ses testicules et les tire vers le bas...
    Dans un hurlement terrifiant, le vieil homme sous la douleur irrépressible recrache la pièce.
    L’homme avec le même calme étonnant qu’il avait en arrivant, retourne à sa table sans dire un mot.
    Revenue de sa peur et de son étonnement, l’épouse maintenant rassurée, se lève pour remercier cet homme qui a sauvé la vie de son mari.
    Elle lui demande : "Vous êtes médecin ?"
    -"Non Madame je suis un élu de la République en Marche. A ce titre, mes collègues et moi pratiquons cette opération tous les jours :
    Attraper les retraités par les couilles jusqu’à ce q!u’ils crachent leurs derniers sous, c’est notre spécialité. "






     

     

     


    5 commentaires
  •  Roland Tchakounté,  que vous entendez parfois en arrivant sur mes pages. 

    Après Amar Sundy et son blues touareg,   Roland Tchakounté et son blues "menessen"...     >>  -Me Seyn

     (>> art. Amar Sundy)

    Roland Tchakounté 
     
    L’Afrique au cœur, cet artiste d’origine camerounaise, explore avec son blues "menessen" une nouvelle dimension, celle d’un blues acoustique aux accents africains et au dialecte bamiléké.
     
    Mi Griot, mi bluesman, sa voix grave légèrement voilée aussi soul, funk, donne des couleurs inédites. Porté par le guitariste Mick Ravassat et le percussionniste Mathias Bernheim, le nom de Roland Tchakounté s’est imposé de Montréal à Cognac, de Paris à Chicago...

    "Roland Tchakounté qualifie sa musique de 'mélodie sauvage' servant à aborder des sentiments souvent tristes ou joyeux, mais aussi à exprimer l’état d’abandon dans lequel est plongé le continent africain. Il ne cache pas son admiration pour les artistes tels que Sun House, Robert Johnson, Edmore James, Muddy Waters, mais considère John Lee Hooker et Ali Farka Touré comme ses vrais maîtres. Utopique revendiqué, son désir est de rassembler l’espèce humaine au sein d’une seule et même grande famille sans distinctions de races ni de couleurs. 

     

    www.roland-tchakounte.com 

     

     

     

     

     


    11 commentaires